• Frigo-Zone

ATMO America – Énergisant et informatif


Marc Chasserot, Président fondateur de ATMO. Photo ATMO America


Notre président, Steven Bruneau est revenu du Sommet ATMO America avec un sentiment de satisfaction et avec l’impression que les choses vont changer dans l’industrie de la réfrigération.


En compagnie de Charles Vanelslande, VP Ingénierie du Groupe TechnoRef4, notre compagnie-sœur, M. Bruneau a multiplié les présences aux différentes conférences. Il faut dire que le sujet principal de l’événement était la réfrigération au CO2, la grande spécialité du groupe. En effet, c’est en 2008 que la première installation d’équipement de réfrigération au CO2 en Amérique du Nord fut faite alors que M. Normand Bruneau, Président du Groupe TechnoRe4 était aux commandes du projet.


Rencontre Frigo-Zone et TechnoRef avec Philip Walker de Arneg
Rencontre au Sommet: Philip Walker; Arneg Systèmes, Steven Bruneau; Président de Frigo-Zone et Charles Vanelslande; VP Ingénierie du Groupe Techno Ref4

Des panelistes de renom ont tour à tour occupé la scène pour livrer de courtes présentations de +/- 20 minutes mais bourrées d’informations pertinentes. Citons au passage la présence de Phillip Walker de Arneg Systèmes, et d’André Patenaude de chez Emerson, deux de nos fournisseurs de confiance, qui ont participé aux panels d’experts. Tous les acteurs majeurs de l’industrie étaient présents et les échanges furent intéressant et fructueux. Des spécialistes ont entre autres présenté des études d’impact sur les réfrigérants naturels et synthétiques, l’ammoniac et bien sûr le CO2.

Évidemment, le tout était enrobé d’une forte couche des conditions de marché américaines, mais le marché québécois était tout même représenté par la présence de quatre fournisseurs majeurs d’équipement au CO2. Notons que la lecture d’un œil québécois apporte une perspective différente, notamment en rapport avec les normes environnementales imposées par Québec, bien au-devant des standards américains.


« ATMO America nous a donné une tape dans le dos. Ce que tous ces chercheurs et acteurs majeurs de l’industrie nous ont dit c’est que nous devons continuer ce que nous avons entrepris et que notre approche est la meilleure. » Les discussions et la convergence

des intentions véhiculées pendant le Sommet, laissent croire que les leaders de l’industrie vont mettre plus de pression sur les différents gouvernements afin d’améliorer les normes environnementales tolérées actuellement.


« Ce que j’en retiens, de dire M. Bruneau, c’est qu’il est temps de cesser de parler d’équipement. Il faut cesser de prétendre que la technologie n’est pas prête. Elle l’est depuis quelque temps déjà. Et il faut que l’industrie soit plus instruite à propos du CO2 ».


M. Bruneau reconnait que le Québec a une longueur d’avance en Amérique du Nord, mais il voit ce qui se passe en Europe avec des normes plus avant-gardistes que les nôtres. « C’est sûr qu’on sera à Bruxelles en novembre pour participer à ATMO Europe et voir ce qui se prépare sur le vieux continent ».

29 vues0 commentaire